Les foulées Haganis de Metz… suivez la ligne bleue… ou le t-shirt bleu…

C’est une de mes préférées… La course des foulées Haganis est de part son organisation impeccable, de son ambiance, mais surtout du point de vue de son parcours au milieu du centre historique de Metz, un événement que je ne veux pas rater. Et cette année, ils ont décidé de rajouter 3km de plaisir supplémentaire pour monter à 10km.

Tout commence la veille avec le retrait du dossard, direction le centre ville de Metz où l’on commence à se mettre dans l’ambiance. Je vais retirer le pack avec pour cette année un t-shirt. Bon, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour moi c’est le seul point noir au milieu du nez : le t-shirt. Même s’il y a une légère amélioration au niveau du design ce coup-ci, je ne suis pas sûr que je le porterais sur la plage l’été prochain…

Une petite balade pour aller chercher du chocolat chez Bockel – histoire d’être sûr de ne pas être en hypoglycémie le lendemain (c’est bien simple, leur chocolat au beurre salé est tout bonnement une tuerie), et je rentre avec déjà la course en tête!

Réveil vers 7h30 le lendemain où, étant donné l’horaire un peu précoce pour un dimanche matin, je me suis conditionné à prendre le petit-déjeuner avant tout le monde. C’est pas plus mal, ça me permettra déjà de me mettre dans ma bulle pour la course. Donc, je me lève en mode furtif, me faufile dans la salle de bain pour enfiler le t-shirt Spiderman qui m’attend prêt sur la chaise, je sors et là, je tombe sur mon fils (Sam 8 ans) qui me regarde debout dans ma chambre. « Ben, qu’est ce que tu fais debout? », « J’avais envie de faire pipi et maintenant j’suis plus fatigué ». Ok, j’ai compris, la bulle vient d’exploser… je passerais la suite du petit déjeuner, à écouter mon fils me parler de ses théories sur le dernier épisode de Koh-Lanta.

Bon allez, un bisou, je saute dans la voiture et direction Metz, après un petit détour pour aller chercher ma copine Carine : elle va tenter de faire pour la première fois de sa vie un 10km… je l’ai motivée mais je suis un peu inquiet pour elle dans la mesure où faire un 10 km n’est pas si anodin que cela quand on n’a pas l’habitude.

On traverse la ville, l’occasion de passer par le parcours du marathon où on a la chance de voir (au 6ème km pour eux) un cortège de police suivi de 3 extraterrestres qui passent la montée de la rue des Jardins à une vitesse extravagante. Puis, s’en suit un calme plat d’environ 2mn avant de voir les autres coureurs.

Bon allez, à notre tour, je ne vais peut-être pas courir comme un Kényan mais je me faufile sur la ligne de départ pour rejoindre les avant-postes, histoire de ne pas être pris dans la bousculade. L’ambiance est bon-enfant et en plus, il fait la température idéale même si, avec la pluie de la nuit, on se demande si ça ne va pas trop glisser sur les pavés du centre ville… bon après tout, on verra.

Le départ est donné, 10 km ça part vite mais déjà au bout de la fin de la première ligne droite, je ne vois plus les premiers devant.

J’adore vraiment ce parcours, on passe devant les plus beaux bâtiments de la ville si ce n’est la gare où l’on passe en dessous d’un tunnel (par 2 fois finalement) qui fait couper le signal GPS… »allô? allô? attends, ça va couper,  je passe sous un tunnel »… du coup à la fin, selon la montre, on n’a pas fait 10km, tant pis.

On suit la ligne bleue qui nous fait passer dans le rues piétonnes plus habituées aux personnes qui font du shopping plutôt qu’aux coureurs, on longe la Cathédrale de Metz (comment ça? elle n’est pas encore classée au patrimoine mondial de l’UNESCO ? Ça doit être une erreur) et moment grandiose, où l’on surgit devant le Temple Neuf qui coupe en deux le canal de la Moselle. C’est absolument fabuleux.

Bon, c’est pas tout ça mais on n’est quand même pas là pour faire du tourisme. 10km c’est exigeant et les 3km de plus se font sentir. Le parcours est tout en relance donc pas si facile que cela. La longue ligne droite s’annonce heureusement, j’essaye de puiser dans les dernières réserves pour accélérer et passer la ligne fier de moi et de la jolie médaille en forme de mirabelle.Medaille mirabelle

Une petite bouteille d’eau et quelques figues plus tard, je remonte la longue ligne de coureurs en sens inverse pour retrouver ma copine. C’est l’occasion pour moi de croiser tout ces coureurs et de lire tout le courage sur leur visage. Ça sera exactement au kilomètre 9 que je verrais ma copine… et j’ai eu du mal dans la mesure où elle portait ce fameux t-shirt bleu, raison de plus pour moi de le haïr dans la mesure où, au moins 1 concurrent sur 4 devait le porter ce foutu t-shirt bleu et donc, une vraie galère pour retrouver Carine dans la foule azur (je devais être le seul à ne pas l’aimer en fait ce satané t-shirt!). Tout est bien qui fini bien puisque je la retrouve, ce qui me permet de revivre l’émotion du dernier kilomètre avec elle. Elle a réussi, elle l’a fait… chapeau bas, je suis fier d’elle. Je ne me rappelle plus vraiment la première fois où j’ai bouclé mon premier 10km mais ça devait être une émotion particulière.

Allez- à l’année prochaine Metz…

P.S : bon au final, comment vous le trouvez, vous ce t-shirt, est-ce que je suis le seul à ne pas l’aimer ?Tshirt bleu

4 réflexions sur “Les foulées Haganis de Metz… suivez la ligne bleue… ou le t-shirt bleu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s