L’embuscade de Lubey…

… tout est dans le titre, alors pourquoi il faut se méfier d’une course qui s’appelle l’embuscade?

Déjà, il faut dire qu’une course au mois de décembre en Lorraine, il y a de quoi s’attendre à ce qu’un certain nombre de facteurs inhérents vont t’empêcher d’aller pêcher un record personnel sur la distance. Après, une course qui s’appelle l’embuscade, il y de quoi se dire que ça risque de ne pas se passer comme prévu…

Pour toutes ces raisons, cette course n’était pas cochée dans mon agenda. En plus, en venant de Thionville, il me faut traverser la frontière vers la Meurthe et Moselle, et bon nombre de légendes comptent des histoires de Mosellans qui ne sont jamais revenus en ayant tenté l’expérience (l’inverse étant aussi vrai, parce que je crois qu’on en retient en otage de notre côté pour servir de monnaie d’échange, juste au cas où…).

Et puis, dans le courant de la semaine, Anna m’annonce que ce dimanche-là, le matin, c’est la grande matinée de préparation de la communion de notre fils Sam. L’idée devient tentante d’aller braver le risque tel un Marco Polo des temps modernes pour aller comprendre par moi-même pourquoi cette course se nomme l’embuscade. Je jette donc un coup d’œil sur la météo, qui annonce qu’il va pleuvoir toute la journée, et comme je voulais de toute façon aller courir, ça me donnera une raison de moins de trouver une excuse de ne pas sortir  s’il pleut beaucoup!

Le lever du dimanche matin confirme les prévisions météorologiques, il pleut comme vache qui pisse, ça va être cool. Anna me regarde d’un air un peu sceptique, quand je prépare mes affaires, d’autant plus que j’en prépare pas mal parce que je vais démultiplier les couches de vêtements sur moi (technique dite de l’oignon). Puis direction Lubey (si, Lubey, vous savez… à côté de Ozerailles).

 

Je passe la frontière sans encombre, et j’arrive à destination. Il fait un peu meilleur parce que la pluie s’est arrêtée, si bien que je ne sais pas si je dois mettre mon K-Way ou pas. Je le mets, fais quelques mètres en direction des inscriptions puis fais demi-tour pour l’enlever. Après les inscriptions (où on me donne un t-shirt super sympa), je me ravise et retourne à la voiture pour remettre mon K-Way… bref, je ne sais pas quoi faire, d’autant plus que je vois des coureurs en short et t-shirt autour de moi. Bon, comme je me dis qu’on est pas tous égaux face à la nature et que moi je suis justement tendance petite-nature, je partirai finalement avec.

A 10 heures précises, le départ est donné, et je suis entrainé par un nombre conséquent de coureurs qui partent à toute blinde. Premier kilomètre sur la route, légèrement en descente si bien que mon chrono sonne avec un temps qui est très nettement trop rapide alors qu’il y a une masse de coureurs devant. A ce moment-là, je me dis qu’il ne faut pas que je m’emballe, ça court trop bien pour moi dans le coin et si je continue comme ça, je vais exploser en plein vol, donc je lève le pied. Pas d’embuscade sur les premiers kilomètres, à par le vent dans la face et la pluie qui s’est remise à tomber (vive le K-Way).

Puis, on sort tout à coup de la route pour emprunter les chemins dans les champs. ça devient toute suite une autre histoire, on zigzague pour éviter les flaques et ça glisse pas mal. Mon rythme cardiaque glisse lui aussi, mais vers le haut, en même temps, ils avaient prévenu pour l’embuscade, on y est. On traverse les champs, puis on passe dans les bois. On enchaine les kilomètres dans les chemins un peu boueux, où je me fais doubler par 2 ou 3 locaux qui avaient prévu le coup alors que mon cardio touche les 190, donc je les laisse faire sans trop protester…

A l’arrivée, je suis mort, je me suis bien fait avoir par leur embuscade!

En tout cas, je dois dire que c’est une vrai belle course. A l’heure où la tendance est de bien différencier les courses sur route et les trails, cette course reconcilie avec brio les deux… peut-être aussi raison pour laquelle elle attire tant de monde dans un petit village.

Bon c’est pas tout ça, mais il faut rentrer parce que c’est l’heure d’aller chercher le sapin de Noël… et il faut aussi penser à faire ma liste au Père Noël… embuscade de Lubey

 

6 réflexions sur “L’embuscade de Lubey…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s