La Carlesienne… ou courir 10km pour une bonne cause…

Tout commence il y a quelques semaines, où je reçois une message de ma cousine Anabel pour me proposer de venir courir un 10km à Charly-Oradour. La course est organisée au profit de l’association Zonta, qui lutte contre les violences faites aux femmes et qui a pour but de faire avancer le statut des femmes.

Aller courir ! Quelle drôle d’idée… mais bon, après mûre et intense réflexion, puisque c’est pour une bonne cause, je me laisse convaincre! En effet, il me faut une bonne dizaines de secondes pour me décider, soit presque 4 fois plus de temps que d’habitude… principalement dû au temps passé pour lire le message de ma cousine jusqu’à la fin…

kathrine-switzerD’ailleurs, on peut se demander si le droit des femmes a encore des combats à mener au niveau de la course à pied,  dans un sport où il y a maintenant autant de coureuses que de coureurs même si les compétitions restent encore à 65% masculines au niveau des inscrits. Mais la tendance s’inverse rapidement, belle revanche des femmes sur l’histoire quand on pense que le « droit » de pouvoir participer à une course officielle n’a été acquis par les femmes qu’à la suite du marathon de Boston en 1967 où une femme (Kathrine Switzer) a osé braver l’interdit et décider d’y participer en se déguisant en homme. Enfin maintenant, 50 ans après, on peut compter sur les équipementiers pour se charger de promouvoir les femmes au devant de la scène dans ce sport, même si les rayons des grands magasins de sport demeurent avec une prédominance de couleur rose pour les vêtements, comme quoi les clichés ont encore la vie dure…

Bon, place à la course. Malheureusement j’ai encore dans la tête mon 10km de la semaine dernière, que j’ai fini au bout de ma vie… Bien souvent, j’ai tendance à oublier (j’ai le syndrome du poisson rouge) et aborder chaque course remonté psychologiquement comme si j’allais être le prochain vainqueur du tour de France, mais là, je sais ce qui m’attend… ça va faire mal!

Donc direction Charly-Oradour où arrivé sur place, j’ai le plaisir de tomber directement sur une partie de ma famille réquisitionnée pour l’évènement, et je sens que ça va me donner du courage sur la course de les voir sur le parcours. Par contre, en général, en participant aux courses autour de chez moi, on retrouve souvent les mêmes têtes connues dans le peloton, mais en m’étant décentré d’une petite vingtaine de kilomètres de mon domicile, je me retrouve au milieu de coureurs que je ne connais pas… mais bon, ils ont aussi l’air sympa dans le coin…

Retrait du dossard, on me refile un sac rempli de cadeaux, j’ai rarement vu ça dans une course : un sac, un buff  (que mon fils s’appropriera immédiatement suite à mon retour à la maison), un chargeur de batterie externe (que ma fille s’appropriera immédiatement suite à mon retour à la maison… faites des enfants!) et un gobelet (que mon fils s’appropriera immédiatement suite à mon retour à la maison… oui je sais je l’ai déjà dit mais c’est la triste réalité des choses)…img_4141.jpg

Sur la ligne de départ, Anabel est aux avant postes en tenant le ruban devant la meute de coureurs prêt pour essayer de les contenir, et je me dis qu’elle va rejouer la scène du roi lion où le père de Simba se fait piétiner par un troupeaux de gnous, mais elle juge pertinent de se déplacer sur le côté au bon moment!

Nous nous élançons à travers les rues du village. Les premiers partent assez prudemment et je me doute du traquenard…  quand devant ça part à allure raisonnable devant, c’est que ça sent le piège…

En effet, le parcours suit la voie verte et on passe les premiers kilomètres soit sur du plat, soit sur de la descente. Le milieu de course arrive assez vite ou je croise Vic et Dominique (mon oncle et ma tante) qui orientent les coureurs sur le chemin. Ils auraient quand même pu aiguiller dans l’autre sens les concurrents devant moi jusqu’à ce que j’arrive… je ne peux même pas compter sur sa propre famille pour m’aider à monter sur un podium, la vie est injuste!

Petit tour et le moment attendu arrive, ça commence à monter… et c’est long… ma vitesse se réduit, je cours quelque temps avec Franck, ayant fait un détour des Ardennes pour profiter du beau temps ici (ça je le saurais après en discutant avec lui à l’arrivée où d’ailleurs il me donnera des super tuyaux de belles courses à faire dans son coin), mais je dois dire que les kilomètres de la fin sont durs.

Je serre les dents, mais je continue, et je vois finalement arriver le village et l’arrivée que je passe avec près de 2mn de plus que cette même distance la semaine précédente, preuve que l’épreuve était difficile.

Finalement, et je ne dis pas ça parce que je les connais, mais ce que je retiendrais c’est qu’au niveau de l’organisation, pour une première, c’était vraiment impeccable… les bénévoles sur le parcours, tous les cadeaux qu’on a reçus et le buffet de cookies à la fin… et en plus c’est pour une bonne cause…

Mais c’est l’heure de rentrer, et ça tombe bien, à la maison ça n’a pas chaumé et il y a plein de cookies tout droit sorti du four qui m’attendent… j’ai été m’amuser et Anna mon épouse en a profité pour travailler… faudra que je parle à ma cousine, parce que du coup j’ai un peu honte… enfin jusqu’à ce que je commence à gouter les cookies!
img_4148.jpg

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s